Les documents

Les systèmes alimentaires territorialisés et leur composante éco-tourisme : une contribution au développement durable des espaces ruraux

Jean-Louis Rastoin, Professeur émérite à Montpellier SupAgro Fondateur de la Chaire Unesco et du réseau Unitwin en Alimentations du monde.

Les systèmes alimentaires territorialisés et leur composante éco-tourisme : une contribution au développement durable des espaces ruraux

Jean-Louis Rastoin, Professeur émérite à Montpellier SupAgro Fondateur de la Chaire Unesco et du réseau Unitwin en Alimentations du monde.

Synthèse de l'Atelier 1

Le déroulement de l'atelier a progressé selon une forme d’entonnoir, depuis un top down soutenu vers une vision plus transversale.

 

Quels sont les premiers enseignements que nous avons pu tirer de cet atelier, sans être exhaustif ?

Au delà, d’un tourisme respectueux des patrimoines naturels (biodiversité, paysages) et culturels,

  • Ce qui marche manifestement, c’est plutôt bottom-up, lorsqu’il est bien soutenu, au bon moment, par les partenaires et les autorités ad-hoc.

  • Notamment, il faut soutenir les « pionniers » avec leur action fondamentale, déclencheur de dynamique, qui pourraient passer inaperçus. C’est grâce à eux qu’on peut vaincre les différents types de désertification (au sens premier pour le Sahara ou une désertification culturelle, professionnelle ou de services). C’est pas toujours évident.

  • Quelques enseignements sur la nécessité de s’appuyer sur du patrimoine et spécificités du territoire pour se différencier

  • Du tourisme qualifié et durable, devenant à son tour une ressource du territoire, en développant une certaines éthique : solidarité et équité, où on s’assure de développer des salaires décents et de vraies retombées sur le territoire.

  • La nécessité d’une appropriation par les acteurs locaux, avec des synergies intéressantes entre les diverses activités, avec en toile de fond le travail sur l’empreinte laissée (gestion des déchets, gestion de l’eau et forcément, par les temps qui courent, la résilience financière et la sobriété énergétique)

  • Écart de perspectives et de représentations politiques. Parfois les projets manquent de soutiens du fait de leur taille, menant à un vrai décalage entre leur valeurs et une vision plus capitalistique/croissances des instances politiques en charge de la dynamisation macro-économique (nationale, régionale). C’est une réalité partagée au Nord comme au Sud. (cf. durabilité et croisièrisme).

  • Le risque de projets victimes de leurs succès : dérapage, «  phagocytage, squat » : une réplication des recettes de succès avec moins d’exigence.

  • Capacité des milieux et des locaux à gérer les externalités : embouteillage, gaspillage, chocs culturels. Il est important de trouver des équilibre selon la capacité de l’accueil.

  • Un besoin de temps, en lien notamment avec la confiance, pour une itinérance entre projet du pionnier, décision d’accompagnement à projet de territoire.

 

Quels sont les leviers liés à ces enseignement ?

  • Le collectif : être ensemble, d’une intelligence collective pour passer d’un ou plusieurs projets individuels à un projet collectif d’inclusion interne et externe, avec les institutionnels et les partenaires potentiels. Ce levier du collectif est nécessaire indépendamment de la taille des projets ou d’une intercommunalité, par exemple !

  • Créer une dynamique locale de confiance et d’appropriation préparant les décisions les plus pertinentes et adaptées au contexte local ; pour servir de base à une incitation politique ou un petit lobbying, une recherche de financement classique et/ou participative.

  • Le mot participatif est clef du succès : « d’un tourisme futile à un tourisme utile au territoire »

  • Souligner l’esprit commun, par une identité et des évènements qui vont au-delà du simple projet du territoire, afin d’être valorisant et rendre visible des patrimoines et des savoir-faire.

  • Une visibilité est un levier essentiel vers une reconnaissance des institutions. Cette visibilité attire aussi d’autres petits projets, d’agglutinants aux démarches déjà en cours.

  • Synergie entre tourisme, facteur de développement territorial, mais aussi l’économie pré-existante, telle l’agriculture, afin de renforcer les résiliences propres.

  • Valoriser le passé et le présent, tel que le domaine traditionnel, sans pour autant s’opposer aux nouvelles technologies.

  • La formation est extrêmement importante, en particulier la formation au développement et à la gestion de ces projets (encrage, succès, contournement d’obstacles et d’erreurs).

 

Les limites d’un benchmark sur les leviers que nous avons utilisé, c’est de passer à côté de ruptures qui impliqueraient ou faciliteraient des changements importants.

  • Nouvelles technologies et nouveaux modes d’informations.

  • Ruptures climatiques : changements agricoles, dérégulation de la pluviométrie.

Ces ruptures peuvent impacter le tourisme de masse en faveur d’un autre tourisme par exemple.

Le temps nous a manqué pour débattre des implications de ces résultats et de leur applications dans les programmes communs pilotés par Defismed.

  • Il faut un développement de mise en réseau des initiatives et des projets innovants et du rôle d’observatoire, sur lequel Defismed avait moins communiqué, à enrichir (compte-rendus, liens, valorisation des enseignements et des ouvrages ressources pour le tourisme VERTueux...).

  • Un travail a été fait (Defismed, ISTHIA/TL2J) vers une grille d’analyse de tourisme VERTueux. Selon la réflexion faite au courant de cet atelier, cet outil peut être ajusté afin d’être plus performant.

Retour à la présentation.

Synthèse de l'Atelier 1

Le déroulement de l'atelier a progressé selon une forme d’entonnoir, depuis un top down soutenu vers une vision plus transversale.

 

Quels sont les premiers enseignements que nous avons pu tirer de cet atelier, sans être exhaustif ?

Au delà, d’un tourisme respectueux des patrimoines naturels (biodiversité, paysages) et culturels,

  • Ce qui marche manifestement, c’est plutôt bottom-up, lorsqu’il est bien soutenu, au bon moment, par les partenaires et les autorités ad-hoc.

  • Notamment, il faut soutenir les « pionniers » avec leur action fondamentale, déclencheur de dynamique, qui pourraient passer inaperçus. C’est grâce à eux qu’on peut vaincre les différents types de désertification (au sens premier pour le Sahara ou une désertification culturelle, professionnelle ou de services). C’est pas toujours évident.

  • Quelques enseignements sur la nécessité de s’appuyer sur du patrimoine et spécificités du territoire pour se différencier

  • Du tourisme qualifié et durable, devenant à son tour une ressource du territoire, en développant une certaines éthique : solidarité et équité, où on s’assure de développer des salaires décents et de vraies retombées sur le territoire.

  • La nécessité d’une appropriation par les acteurs locaux, avec des synergies intéressantes entre les diverses activités, avec en toile de fond le travail sur l’empreinte laissée (gestion des déchets, gestion de l’eau et forcément, par les temps qui courent, la résilience financière et la sobriété énergétique)

  • Écart de perspectives et de représentations politiques. Parfois les projets manquent de soutiens du fait de leur taille, menant à un vrai décalage entre leur valeurs et une vision plus capitalistique/croissances des instances politiques en charge de la dynamisation macro-économique (nationale, régionale). C’est une réalité partagée au Nord comme au Sud. (cf. durabilité et croisièrisme).

  • Le risque de projets victimes de leurs succès : dérapage, «  phagocytage, squat » : une réplication des recettes de succès avec moins d’exigence.

  • Capacité des milieux et des locaux à gérer les externalités : embouteillage, gaspillage, chocs culturels. Il est important de trouver des équilibre selon la capacité de l’accueil.

  • Un besoin de temps, en lien notamment avec la confiance, pour une itinérance entre projet du pionnier, décision d’accompagnement à projet de territoire.

 

Quels sont les leviers liés à ces enseignement ?

  • Le collectif : être ensemble, d’une intelligence collective pour passer d’un ou plusieurs projets individuels à un projet collectif d’inclusion interne et externe, avec les institutionnels et les partenaires potentiels. Ce levier du collectif est nécessaire indépendamment de la taille des projets ou d’une intercommunalité, par exemple !

  • Créer une dynamique locale de confiance et d’appropriation préparant les décisions les plus pertinentes et adaptées au contexte local ; pour servir de base à une incitation politique ou un petit lobbying, une recherche de financement classique et/ou participative.

  • Le mot participatif est clef du succès : « d’un tourisme futile à un tourisme utile au territoire »

  • Souligner l’esprit commun, par une identité et des évènements qui vont au-delà du simple projet du territoire, afin d’être valorisant et rendre visible des patrimoines et des savoir-faire.

  • Une visibilité est un levier essentiel vers une reconnaissance des institutions. Cette visibilité attire aussi d’autres petits projets, d’agglutinants aux démarches déjà en cours.

  • Synergie entre tourisme, facteur de développement territorial, mais aussi l’économie pré-existante, telle l’agriculture, afin de renforcer les résiliences propres.

  • Valoriser le passé et le présent, tel que le domaine traditionnel, sans pour autant s’opposer aux nouvelles technologies.

  • La formation est extrêmement importante, en particulier la formation au développement et à la gestion de ces projets (encrage, succès, contournement d’obstacles et d’erreurs).

 

Les limites d’un benchmark sur les leviers que nous avons utilisé, c’est de passer à côté de ruptures qui impliqueraient ou faciliteraient des changements importants.

  • Nouvelles technologies et nouveaux modes d’informations.

  • Ruptures climatiques : changements agricoles, dérégulation de la pluviométrie.

Ces ruptures peuvent impacter le tourisme de masse en faveur d’un autre tourisme par exemple.

Le temps nous a manqué pour débattre des implications de ces résultats et de leur applications dans les programmes communs pilotés par Defismed.

  • Il faut un développement de mise en réseau des initiatives et des projets innovants et du rôle d’observatoire, sur lequel Defismed avait moins communiqué, à enrichir (compte-rendus, liens, valorisation des enseignements et des ouvrages ressources pour le tourisme VERTueux...).

  • Un travail a été fait (Defismed, ISTHIA/TL2J) vers une grille d’analyse de tourisme VERTueux. Selon la réflexion faite au courant de cet atelier, cet outil peut être ajusté afin d’être plus performant.

Retour à la pprésentation.

LE COLLECTIF «UNIVERT MED »

COMPOSITION DU COLLECTIF « UniVERT MED »

soutenant l'opération « Portes ouVERTES »

(en cours de développement, d'autres organisations contactées étant en cours de validation officielle pour rejoindre ce Collectif)

A l'appel de l'association DEFISMED, un nombre grandissant d'organisations examine son implication dans ce Collectif dont certaines ont déjà validé leur participation. UNIVERT MED vise à mutualiser les expériences de chaque réseau et invite ses membres à participer aux Portes ouVERTES dont l'appel à candidatures a été lancé le 27 mai 2019.

 

Ademe

ADEME

 L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) est un établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. L’agence participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l'environnement, de l'énergie, du climat (atténuation et adaptation) et du développement durable.

Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l'agence met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d'expertise et de conseil. Elle aide en outre au financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce, dans ses domaines suivants : les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, le changement climatique, l’économie circulaire et la ville durable.

Dans le prolongement de ses missions, l'ADEME est présente sur la scène européenne et internationale. En liaison avec ses ministères de tutelle et son réseau diversifié de partenaires (ministères et organismes publics, missions économiques, collectivités, entreprises, associations, etc.), elle soutient l’expertise française en direction des pays industrialisés comme des pays émergents ou en développement. 

Pacte Finance Climat

AGIR POUR LE CLIMAT

L'association Agir pour le climat appelle à un "Pacte Finance-Climat" pour créer un impôt européen sur les bénéfices. Ce projet de Pacte imaginé par le climatologue, Jean Jouzel, et l’économiste, Pierre Larrouturou, serait basé sur un double financement. D'un côté, un impôt européen sur les bénéfices d'environ 5 % qui pourrait générer chaque année "100 milliards d'euros" pour dégager "un budget" pour la recherche (stockage de l'énergie, transports...) et lutter contre le réchauffement en Europe et en Afrique. De l'autre, un nouveau "fléchage" de la création monétaire de la Banque centrale européenne vers l'économie réelle et en particulier vers le financement des énergies renouvelables.

 

Alimentri

Altrimenti, “autrement” en italien, est né de la volonté de la fondatrice Samanta Vergati d’apporter une solution innovante, accessible et de qualité au gaspillage alimentaire. Altrimenti s’engage depuis 2016 pour l’accès de toutes et tous à une alimentation durable et anti-gaspi. L’association agit pour promouvoir la prise de conscience autour des impacts environnementaux, économiques et sociétaux de notre consommation. A partir de produits frais déclassésAltrimenti met en œuvre des actions de sensibilisation citoyenne visant à la démocratisation des saveurs, à la (re)construction d’une culture alimentaire et à la création de liens. Altrimenti propose des solutions et des astuces créatives et concrètes pour contribuer à la transition écologique et à l’évolution des habitudes alimentaires à travers la mise en place d'ateliers culinaires, animations et formations.

 

Avec

 

L'ALLIANCE DE VILLES EURO-MÉDITERRANÉENNES DE CULTURE

Créée en 1997 sous le nom de l’Alliance de Villes Européennes de Culture, l’association devient l’Alliance de Villes Euro-méditerranéennes de Culture (AVEC) en 2016 pour marquer son ouverture vers la Méditerranée.

Elle regroupe aujourd’hui 26 collectivités territoriales historiques situées dans 10 pays d’Europe et du bassin méditerranéen ayant en commun la volonté de faire des patrimoines un moteur de développement durable urbain. Le réseau AVEC constitue un lieu d’échange d’expériences et de bonnes pratiques en lien avec les problématiques de gestion, de protection et de valorisation des patrimoines.

Ce travail a entre autre abouti à l’élaboration d’une méthodologie ainsi qu’à la création d’un label de qualité urbaine appelé Qualicities® et a aussi donné lieu à la publication en 2016 du Guide méthodologique pour la gestion durable des villes historiques en Méditerranée.

Par ailleurs, la majorité des villes membres du réseau AVEC sont des petites et moyennes villes situées pour la plupart en zone rurale faisant donc face à des problématiques comme la recherche d’équilibre entre le développement touristique de leur territoire et la préservation de leurs patrimoines qu’ils soient bâtis, matériels, immatériels, naturels et culturels.

Depuis 2012, le réseau AVEC est labellisé par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) au titre de son expertise internationale. De plus, en 2015, l’association a été reconnue comme partenaire officiel de l’UNESCO.

 


Arc latin

L'ARC LATIN

L’Arc Latin, est un espace de coopération politique et technique constitué par des Collectivités locales méditerranéennes de niveau intermédiaire. Actuellement, ses membres sont des Députations et des Conseils Insulaires espagnols, des Conseil Départementaux français et des Provinces et villes métropolitaines italiennes, ils représentent 10% de la population et du territoire de l’Union Européenne.

L’Arc Latin a pour objectifs principaux d'assurer la visibilité de la perspective locale méditerranéenne, de réaliser un développement territorial intégré durable par la promotion de la gouvernance locale et de renforcer l'équilibre territorial.

Le réseau valorise et renforce les capacités de ses membres grâce à la création de plates-formes de partage des connaissances et à la mobilisation des acteurs socioéconomiques territoriaux. Il contribue à internationaliser les actions et stratégies des autorités locales et des territoires en faveur d'objectifs communs. En outre, il veille à ce que la dimension locale soit intégrée à la formulation des politiques et des réglementations euro-méditerranéennes, défendant ainsi les intérêts et les besoins de ses territoires et de ses citoyens.

  

AMRF

Association des maires ruraux de France

Créée en 1971, l’Association des maires ruraux de France (AMRF) fédère près de 10.000 maires ruraux au sein d’un réseau solidaire, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques.

Rassemblés autour d’une identité forte, les membres de l’AMRF portent la voix des communes ancrées sur les territoires ruraux pour défendre leurs enjeux spécifiques.

Forte de son militantisme et de sa représentativité, l’AMRF est aujourd’hui l’interlocutrice incontournable des communes rurales auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.

 

Citoyens de la terre

CITOYENS DE LA TERRE

Citoyens de la Terre (CT) est une association loi 1901 à but non lucratif créée. Elle est agréée en qualité d'"Entreprise Solidaire d'Utilité Sociale"."Citoyens de la Terre" car elle marque par son appellation, l’appartenance de chacun à UNE seule et même Terre ; notre droit de bénéficier de la diversité de ses ressources de manière équitable et notre devoir de bien les gérer collectivement (gouvernancemondiale). 

« Se sentir Citoyens de la Terre, c’est prendre ses responsabilités sur le plan à la fois individuel et collectif face aux enjeux environnementaux, socioculturels et économiques de notre temps ; c’est à la fois s’unir dans l’action et valoriser la diversité culturelle. C’est aussi mettre en œuvre des actions au niveau local et international fondées sur des principes de responsabilité et de solidarité. »

Dans les faits, Citoyens de la Terre accompagne collectivement les citoyens, les entreprises, les associations et les collectivités souhaitant répondre concrètement à deux enjeux majeurs de société :

  • Préserver et valoriser la diversité de notre patrimoine naturel et culturel,

  • Promouvoir une économie responsable et solidaire sur nos territoires.

 

Civam Madiran

CIVAM ADOUR-MADIRAN

Producteurs-trices tourné-e-s vers la vente directe, nous proposons des animations sur notre territoire pour favoriser l’échange et la connaissance de nos produits. Notre association, le CIVAM Val d’Adour Madiran, créée en 1997, valorise les démarches innovantes et met en avant le collectif. 

 

Defismed

DEFISMED

DéfisMed est une association de droit français, créée en 2009 de la volonté de professionnels expérimentés de regrouper leurs compétences pour doter l’ensemble des acteurs en Méditerranée engagés dans la préservation du patrimoine naturel et culturel, de dispositifs en intelligence participative. Elle constitue un réseau d’information, d’échanges d’expériences, de mutualisation de compétences, de capitalisation et de réflexion au service des organisations gestionnaires de développement durable en Méditerranée.

Après une période de structuration de 3 ans, l’association a choisi dans un premier temps de promouvoir « la transition touristique » comme levier de développement territorial dans laquelle la complémentarité de cette activité avec les autres secteurs serait recherchée, la gestion raisonnée et innovante de la biodiversité serait questionnée et où la population locale deviendrait co-actrice de son développement.

FPAM

FINANCEMENT PARTICIPATIF AFRIQUE ET MÉDITERRANÉE

FPAM, une association à vocation internationale, a pour objet la promotion de la pratique éclairée de la finance participative, ou « crowdfunding », dans les pays du Sud, en Afrique et en Méditerranée. Elle entend clairement satisfaire un objectif d’intérêt général, en regroupant des personnes physiques et morales de ces territoires qui agissent, grâce au levier que constitue la finance participative, pour le développement humain, social et économique. Dans un souci de diffusion de son action sur le territoire méditerranéen et africain, FPAM contribue à la connaissance de la finance participative, à l’émergence d’acteurs de la finance participative (notamment des professionnels et des plateformes) dans chacun des pays.

Le réseau de FPAM réunit plus de 50 experts du crowdfunding : plusieurs plateformes de crowdfunding opérant en Afrique et au Moyen Orient, des institutions financières, des acteurs du développement économique et des organismes publiques et privés.

 

Monpanierbleu

MON PANIER BLEU

monpanierbleu® est la première plateforme e-commerce de proximité alimentaire de la Côte d’Azur. C'est un service qui livre les courses chez les particuliers ou au travail, en véhicule utilitaire froid positif, pour garantir la chaîne du froid. Sur la base d'une charte de 15 engagements, monpanierbleu® a sélectionné les meilleurs artisans, commerçants et producteurs alimentaires Azuréens, qui privilégient les produits locaux et de saison, et partagent nos valeurs du manger mieux/moins/local pour assurer la meilleure qualité possible.

 

Mediaschool

MEDIASCHOOL

Le campus MediaSchool Nice regroupe les écoles ECS et #Supdeweb et forme de futurs professionnels de la communication et du web, de post-bac jusqu'à Bac+5. Le groupe MediaSchool c'est 31 écoles, réparties sur 15 campus en France et à l'international, ainsi qu'un rythme de formation innovant avec la possibilité d'intégrer une alternance dès la 3ème année sur un rythme 4/5ème (1 journée de cours et 4 jours en entreprise). 

En mars 2019, le campus a initié le projet « Climacte : faites chauffer vos neurones, pas la planète ! ». Cet événement, porté par et pour les étudiants, a donné lieu à des échanges de grande qualité avec des experts environnementaux, des agences de communication ainsi que des acteurs de l’économie digitale engagés dans le développement durable.

MediaSchool Nice souhaite, à travers ses engagements, ouvrir la voie à une nouvelle génération de communicants et spécialistes du web informés et engagés dans la recherche de solutions qui contribuent à préserver notre environnement.

 

Miimosa

MIIMOSA

Après avoir accompagné plus de 1 800 projets en 4 ans (France, Belgique) sur le modèle du don avec contrepartie, MiiMOSA s’est imposé dans le paysage de la finance alternative comme le leader européen du financement participatif sur les thématiques agricoles et alimentaires. En mars 2018, MiiMOSA renforce son offre de financement avec le prêt participatif qui permet aux agriculteurs et entreprises alimentaires d’emprunter simplement et rapidement auprès du grand public et aux citoyens de placer leur épargne dans des projets porteurs de sens tout en percevant des intérêts compris entre 2% et 5%. Fin 2018, après avoir collecté 10 millions d’euros auprès des citoyens, MiiMOSA lance MiiMOSA transition, une nouvelle plateforme au service de la transition agricole, alimentaire et environnementale, avec l’ambition de responsabiliser l’ensemble des acteurs de l’amont à l’aval dans la transformation de notre modèle agricole.

Mywwekendforyou
 

MY WEEKEND FOR YOU

My weekend for you est le 1er site d’échange de weekends entre passionnés. Cette plateforme collaborative permet de proposer un weekend ou un séjour gratuit chez soi  pour faire découvrir sa ville ou sa région en partageant ses passions : activités sportives, visites culturelles, festivals, oenotourisme…Le Membre qui reçoit gagne des WeekEndMiles qui lui permettent de partir à son tour,  multipliant ainsi les possibilités d’échanges et de rencontres. Le réseau compte actuellement plus de 23.000 membres dans 25 pays.

 

OITS


L'ORGANISATION INTERNATIONALE DU TOURISME SOCIAL

L'Organisation internationale du tourisme social (OITS), organisme à but non lucratif fondé en 1963, est la maison commune du tourisme social et responsable dans le monde entier. Autour de ces 150 membres regroupant des organismes publics et privés, c’est un réseau étendu qui favorise une étroite coopération entre ses membres et partenaires. Le lobbying, le réseautage, le partage de connaissances et la coordination de projets sont au cœur de ses activités. La mission principale de l'OITS est de faciliter l'accès aux vacances et aux activités touristiques pour toutes les populations, et notamment les jeunes, les familles, les seniors et les personnes handicapées. Elle assure aussi la promotion de diverses formes de tourisme solidaire et responsable veillant à l'inclusion des communautés locales et contribuant au développement équilibré des destinations.


Vivre en Pyrénées

Collectif “3E RENCONTRES VIVRE EN PYRÉNÉES

Cet événement s’inscrit dans la continuité des deux premières éditions Rencontres “Montagnes & défis du XXIe siècle” co-organisées par l'association DEFISMED et plusieurs collectivités territoriales des Hautes Pyrénées, avec le soutien de la région Occitanie. Cet événement favorise les rencontres entre producteurs VERTueux et public et questionne le devenir des montagnes face aux mutations environnementales et humaines. L'édition 2019 est programmé à Madiran et Castelnau basse rivière le 12 octobre.

 

 Resolis

RESOLIS

L’association RESOLIS  fondée en 2010, s'est donnée comme mission l’analyse, la capitalisation, la diffusion et la promotion des pratiques de terrain dont l’impact social et/ou environnemental ouvre les chemins d’une transition.

RESOLIS a développé une méthodologie fondée sur le recueil de données et de pratiques à l’échelle des territoires, qui s’appuie sur plusieurs outils : un observatoire sur lequel sont publiées des données factuelles recueillies auprès des acteurs de terrain par des étudiants d’université ou de grandes écoles et un Journal RESOLIS qui édite des numéros spéciaux thématiques et géographiques.

Depuis 2013, à travers son programme sur l’Alimentation responsable et durable (ARD) RESOLIS cherche à promouvoir une « pédagogie de la transition agricole et alimentaire » basée sur trois composantes : l’observation des processus de transition agricole et alimentaire, l’accompagnement des acteurs et la capitalisation et valorisation des données de transition agricole et alimentaire.

Pour RESOLIS, cette transition agricole et alimentaire s’appuie sur deux grands axes d’évolution : la relance des économies alimentaires locales et la lutte contre les externalités négatives du système alimentaire mondialisé. RESOLIS s’intéresse donc aux pratiques portées par les acteurs de la chaîne agro-alimentaire et aux mesures de politiques publiques qui favorisent l’emploi, luttent contre l’exclusion et la précarité alimentaires, privilégient la gestion durable des ressources naturelles ou encore maintiennent la diversité culturelle et alimentaire des terroirs.

Nous disposons aujourd’hui d’un échantillon de plus de 600 initiatives d’alimentation responsable et durable en France et à l’international.

 

 

Smilo

Le programme international SMILO a pour objectif d’accompagner les territoires insulaires de moins de 150km² qui souhaitent structurer et fédérer leurs actions en faveur d’une meilleure gestion des ressources et de la biodiversité. Cette démarche se concrétise via un processus de labellisation, reconnaissance internationale des territoires qui s’engagent pour un développement humain compatible avec l’environnement. La phase de développement du programme (2017-2021) vise à accompagner 18 petites îles localisées en Afrique de l’Ouest, dans l’Océan Indien, en Europe et en Méditerranée.

Portée par l’association SMILO avec le soutien du Conservatoire du littoral, cette démarche dispose du soutien de nombreux acteurs internationaux impliqués dans la protection des îles et du littoral, tels que le Fonds Français pour l’Environnement Mondial, le Programme Interreg Maritime France-Italie 2014-2020, le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire français, l'Agence de l'eau Rhône Méditerannée Corse, la ville de Marseille, le Global Island Partnership.

 

Switchmed

SWITCHMED

L’objectif de l’initiative SwitchMed est de faciliter la transition vers un Mode de Consommation et de Production plus Durables – MCPD – dans la région sud de la Méditerranée. Le programme vise à changer les pratiques de production et de consommation des biens et des services, dans le but de découpler le développement et les besoins de la communauté de la dégradation de l’environnement. Ce programme renforcera l’industrie, l’émergence de l’entrepreneuriat vert, la société civile et les décideurs politiques à travers l'élaboration de politiques, d'activités de démonstration et de réseautage. SwitchMed est mis en oeuvre par les efforts combinés de l’UE, l’ONUDI (l'Organisation des Nations Unies pour le Développement de l'Industrie), le PNUE–PAM (le Programme des Nations Unies pour l'Environnement-Plan d'Action Méditérranéen), le CAR/CPD (le Centre d'Activité Régionale pour la Consommation et la Production durables) et la Division Economie de l'ONU Environnement. Tous les pays de l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) bénéficieront de cette initiative.

 

Volubilis

VOLUBILIS

Volubilis est une ONG engagée depuis plus de 20 ans à l’échelle méditerranéenne sur les questions de la ville, des paysages et de l’aménagement soutenable des territoires. Elle organise des workshops internationaux pluridisciplinaires, des ateliers de terrain et ses Rencontres méditerranéennes sur les questions émergentes et les projets innovants et exemplaires autour de la problématique du « Vivre, rêver et faire la ville et les paysages contemporains".

 

VA.com

Depuis avril 2008, le portail voyageons-autrement.com met en lumière des initiatives de tourisme durable. Les sujets sont infinis, l’environnement, le changement climatique, les différents labels, la part du social, du solidaire, les territoires, l’engagement des régions, des politiques, l’évolution de nos façons de bouger, de consommer, de voyager. Un ouvrage anniversaire  « Dix ans de tourisme durable » paru en 2018 a permis d’apporter une alternative éditoriale à près de 5 000 articles déjà en ligne. Un trimestriel papier, la feuille de chou, vient également relayer ces informations afin de toucher toujours plus le grand public sur ces sujets cruciaux et toujours plus d’actualité.

 

 

Université AvignonCFA

UNIVERSITE D'AVIGNON

La Licence Professionnelle Métiers du Tourisme : Tourisme et Economie Solidaire répond aux besoins actuels du tourisme durable (en mettant au cœur de la durabilité la dimension sociale et solidaire) mais aussi aux besoins futurs identifiés dans les stratégies, les études et les analyses prospectives du secteur touristique aux niveaux régional, national et international. Ces besoins concernent les destinations et les établissements touristiques (privés ou associatifs) recherchant une performance globale (économique, environnementale, sociale et éthique) en misant sur une innovation créatrice de valeurs.

Compétences visées :

- Appliquer les concepts de développement durable et de performance globale tenant compte des interdépendances entre territoires & entreprises

- Favoriser l’innovation s’appuyant sur la valorisation des ressources humaines et territoriales et la mobilisation de nouveaux moyens technologiques, financiers et non financiers (en référence à l’économie sociale et solidaire)

 

Talents créatifs

VILLAGE DES TALENTS CREATIFS

Le Village des talents créatifs est un lieu unique qui rassemble artistes et artisans, commerçants, restaurateurs et thérapeutes autour des valeurs qui nous sont chères : amour des produits durables, responsables et des services bien faits. C’est un espace d’inspiration, qui prouve qu’il est possible de vivre en harmonie avec ses convictions, de créer et vendre autrement. Les restaurants privilégient des produits locaux et de saison, souvent Bio. Les artistes et artisans, professionnels ou amateurs, s’inspirent du recyclage et de la nature pour leurs créations uniques. Les commerçants s’engagent à vendre des produits éthiques, fabriqués en France, et authentiques : spécialités régionales, dépôt-vente, savonnerie, cosmétiques naturels, textiles et accessoires zéro déchet, décoration surcyclée… Les thérapeutes invitent chaque individu à se reconnecter à soi-même, à la nature, dans une démarche respectueuse d’écoute. Certains pratiqueront bientôt au Village vert. Installé dans un écrin de verdure, cet espace entend être un lieu d’échange, à visée thérapeutique et permacole…

Fabriqué à partir de matériaux respectueux de l'environnement et bio-sourcés, le Village des talents créatifs est meublé avec des objets recyclés détournés. C’est un lieu d’échange, de partages, mais aussi de réflexion sur le développement durable et toutes les pistes d’amélioration possibles du quotidien.

DEFI 3201901 - Lancer une campagne euroméditerranéenne "Portes ouVERTES"

Axe stratégique 3 :  Partager et encourager les expériences

Etat d'avancement : en cours

Acteur(s) ayant sollicité DEFISMED : Eric Raulet, Délégué général de DEFISMED

Contexte ayant généré le défi : Nombreux sont les femmes et d’hommes qui disposent sur le bassin méditerranéen d’un savoir-faire typique et inventif pour préserver et partager des patrimoines naturels et/ou culturels, et accueillir le public en prenant le temps de partager leur histoire. La plupart demeure actuellement invisible, faute de moyen pour se révéler et mutualiser leurs expériences.

Objectif du défi co-construit avec DEFISMED : Organiser sous forme de portes ouvertes simultanément des rencontres entre producteurs VERTueux et visiteurs afin de sensibiliser à la préservation des ressources et patrimoines naturels.

Présentation détaillée du défi : ici

Dernière actualité: prochainement

Acteurs associés au défi par DEFISMED : en cours 

Défi piloté par: Eric Raulet, Délégué général de DEFISMED

Budget prévisionnel : 70 000 €

Financeurs : DEFISMED, ADEME Pole international, ambassadeurs candidats, + en cours

Autres défis interagissant avec celui-ci : Tous

Privilèges réservés à nos membres au sein de ce défi : Liste prioritaire pour visiter un lieu de son choix

DEFI 5201901 - Sensibiliser acteurs et public aux développements VERTueux des Pyrénées

Axe stratégique 5 : Sensibiliser et éduquer aux bonnes pratiques touristiques

Etat d'avancement : En cours

Acteur(s) ayant sollicité DEFISMED : Commune de Madiran et Castelnau-Rivière-basse

Contexte ayant généré le défi : A l’heure où notre planète connaît de profondes mutations jusque dans les territoires les plus reculés, la Montagne a rendez-vous avec la société civile afin de témoigner, via des intervenants de référence, de ses défis et enjeux au sein d’une actualité trop souvent méconnue ou mal comprise. Entre mutations des écosystèmes et des modes de vie, de plus en plus de territoires de montagne innovent pour s’adapter et faire évoluer leurs développements, sans porter atteinte aux patrimoines.

Objectif du défi co-construit avec DEFISMED : Participer à l’émergence d’une vision partagée du développement des Pyrénées dans un contexte de défis multiples à relever

Présentation détaillée du défi : prochainement

Dernière actualité: prochainement

Acteurs associés au défi par DEFISMED : vaste réseau de producteurs agricoles, alimentaires et touristiques sur le territoire

Défi piloté par: FRanck Bocher & Eric Raulet

Budget prévisionnel : 12 k€

Financeurs : Région Occitanie, Département des HAUTES Pyrénées, Parc national des Pyrénées, et en cours

Autres défis interagissant avec celui-ci : DEFI 5201801

Privilèges réservés à nos membres au sein de ce défi : invitation VIP

 

Revenir au sommaire des défis co-lancés par DEFISMED

DEFI 5201901 - Sensibiliser acteurs et public aux développements VERTueux des Pyrénées

Axe stratégique 5 : Sensibiliser et éduquer aux bonnes pratiques touristiques

Etat d'avancement : En cours

Acteur(s) ayant sollicité DEFISMED : Commune de Madiran et Castelnau-Rivière-basse

Contexte ayant généré le défi : A l’heure où notre planète connaît de profondes mutations jusque dans les territoires les plus reculés, la Montagne a rendez-vous avec la société civile afin de témoigner, via des intervenants de référence, de ses défis et enjeux au sein d’une actualité trop souvent méconnue ou mal comprise. Entre mutations des écosystèmes et des modes de vie, de plus en plus de territoires de montagne innovent pour s’adapter et faire évoluer leurs développements, sans porter atteinte aux patrimoines.

Objectif du défi co-construit avec DEFISMED : Participer à l’émergence d’une vision partagée du développement des Pyrénées dans un contexte de défis multiples à relever

Présentation détaillée du défi : prochainement

Dernière actualité: prochainement

Acteurs associés au défi par DEFISMED : vaste réseau de producteurs agricoles, alimentaires et touristiques sur le territoire

Défi piloté par: FRanck Bocher & Eric Raulet

Budget prévisionnel : 12 k€

Financeurs : Région Occitanie, Département des HAUTES Pyrénées, Parc national des Pyrénées, et en cours

Autres défis interagissant avec celui-ci : DEFI 5201801

Privilèges réservés à nos membres au sein de ce défi : invitation VIP

 

Revenir au sommaire des défis co-lancés par DEFISMED

DEFI 4201901 - Organiser les 2èmes Universités DEFISMED

Axe stratégique 4 :  Représenter les membres du réseau dans les instances euroméditerranéennes 

Etat d'avancement :clôturé

Acteur(s) ayant sollicité DEFISMED : Conseil d'administration DEFISMED

Contexte ayant généré le défi : La plupart des défis co-portés par DEFISMED nécessite leur convergence au sein de rencontres permettant aux acteurs de partager leurs développements, et aux observateurs, notamment institutionnels d'en apprécier les avancées..

Objectif du défi co-construit avec DEFISMED : Organiser des Universités sur deux jours.

Présentation détaillée du défi : ici

Dernière actualité: ici et ici

Acteurs associés au défi par DEFISMED : ISTHIA/TL2J

Défi piloté par : Eric Raulet

Budget prévisionnel : 10 000 €

Financeurs : le Conseil départemental, le Grand site Sainte-Victoire et la commune de Puyloubier (13)

Autres défis interagissant avec celui-ci : Tous

Privilèges réservés à nos membres au sein de ce défi : Invitations VIP

DEFI 1201901 - Renforcer le réseau d'étudiants TAKE THE MED JEUNES en 2019

Axe stratégique 1 : Produire une base de connaissances et d’information

Etat d'avancement : en cours

Acteur(s) ayant sollicité DEFISMED : Différents porteurs d'ITV sur les deux rives

Contexte ayant généré le défi : Après le succès de TAKE THE MED JEUNES 2018, plusieurs Universités ont souhaité rejoindre le réseau et participer au programe 2019.

Objectif du défi co-construit avec DEFISMED : Développer sa plateforme et commencer à l'alimenter avec la participation directe des porteurs d'ITV ainsi que d'un réseau d'étudiants. 

Présentation détaillée du défi avec sa réalisation 2018 : ici

Dernière actualité: prochainement

Acteurs associés au défi par DEFISMED : Ecole supérieure du Pôle Touristique d'Excellence "Montagne Inventive" de l'Université Savoie Mont Blanc,  Ecole supérieure de Commerce de Tunis, Institut des Hautes Etudes Commerciales de Carthage, Université Aix-Marseille, Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

Défi piloté parEric Raulet, Délégué général de DEFISMED

Budget prévisionnel : 30 k€

Financeurs sollicités : ADEME Pôle international, Conseil régional Sud, DEFISMED et Universités (fonds propres)

Autres défis interagissant avec celui-ci : 201802

Privilèges réservés à nos membres au sein de ce défi : accès à la totalité de la plateforme